06 59 55 63 43 fb@transcultural.agency

La communication interculturelle

La communication interculturelle

“Le développement des compétences de communication interculturelle, c’est donc avant tout l’apprentissage de postures mentales permettant de faire coexister, en soi et autour de soi, des systèmes de valeurs différents sans jugement ni mise en danger des fondements moraux partagés de notre humanité”.

Les enjeux

Les compétences linguistiques sont nécessaires à la communication interculturelle, mais ne peuvent garantir sa réussite.

Elles forment l’élément rationnellement mesurable de la communication interculturelle, mais n’en constituent que la partie émergée. A l’image de l’iceberg, les systèmes de valeurs d’interlocuteurs « étrangers l’un à l’autre » demeurent enfouis sous la surface et peuvent constituer autant d’écueils à une réelle compréhension.
Une humanité toujours plus interconnectée et nourrie au même sein médiatique achève l’illusion d’une « uniformisation du sujet communiquant » (et en anglais de préférence…).

Or précisément, la modernité et sa révolutionnaire capacité de « transporter » les humains d’un bout à l’autre de la planète nous incitent désormais toutes et tous à développer des compétences de communication supposément « universelles ». Cet effort nous amène tôt ou tard à nous interroger sur la pertinence et l’acceptabilité des valeurs de “l’Autre”. En la matière, la réponse ne peut être positive qu’à la condition d’une « relativisation » de notre propre culture. C’est cette relativisation qui se révèle bien souvent problématique, car elle implique un examen critique et objectif des valeurs culturelles sur lesquelles le sujet a construit ce qu’il est.

Le refus de cet examen vaut alors bien souvent déni des valeurs de « l’Autre », rejet de son porteur et, au total, échec du projet de communication, qu’il soit professionnel ou personnel.

Le développement des compétences de communication interculturelle, c’est donc avant tout l’apprentissage de postures mentales permettant de faire coexister, en soi et autour de soi, des systèmes de valeurs différents sans jugement ni mise en danger des fondements moraux partagés de notre humanité.

Quelles compétences et comment les développer

Communiquer dans des contextes culturels différents repose sur des compétences de savoir-être, difficiles à catégoriser et évaluer.

Ce sont en effet des compétences mouvantes et multiformes, fortement personnalisées car liées au sujet et à ses capacités d’écoute, d’empathie et d’interaction à un moment et dans une situation donnés.

Le premier axe de travail concerne ainsi les attitudes  (respect, ouverture/tolérance, curiosité, prise de conscience, motivation, attention, décentration, absence de jugement a priori, prise de risque…).

Ce qui peut paraître ici aller de soi constitue en réalité la partie la plus difficile du processus de développement des compétences de communication interculturelle. Elle touche en effet à des processus mentaux très marqués par la dimension émotionnelle du sujet. Aussi le potentiel de développement des compétences est-t-il variable selon sa personnalité.

Quoi qu’il en soit, les attitudes constituent le premier « étage » dont l’acquisition conditionne l’utilisation réussie des savoirs (connaissances culturelles, éventuellement linguistiques) et surtout des savoir-faire. En effet, pour reprendre l’image de l’iceberg, les savoir-faire, par leur dimension applicative dans des situations réelles de communication interculturelle, constituent la partie émergée de la compétence globale de communication, en d’autres termes, sa finalité.

Cet architecture pyramidale, aussi simple et vieille que l’humanité, structure toutes nos actions de formation et de conseil. En travaillant essentiellement sur les savoir-être (attitudes) et savoirs (aspects culturels), Transcultural Agency contribue à l’émergence de solides savoir-faire en matière de communication interculturelle.

“En travaillant essentiellement sur les savoir-être (attitudes) et savoirs (aspects culturels), Transcultural Agency contribue à l’émergence de solides savoir-faire en matière de communication interculturelle”.